En ce début d’année, nous avons pensé qu’il pourrait être intéressant de faire le point sur les recherches portant sur le diabète en France. Parce que la maladie touche des millions de personnes dans le monde entier, elle fait aussi partie des maladies qui occupent le plus la recherche et pour lesquelles les avancées sont les plus spectaculaires. Grâce à la recherche, on ne meurt plus du diabète depuis longtemps mais en plus la qualité de vie des patients s’est considérablement améliorée. Mais les chercheurs ne s’arrêtent pas là, à l’instar des chercheurs de l’INSERM au sein duquel pas moins de 11 équipes travaillent sur le diabète.

Les grands projets de recherche

De nombreux projets de recherche sont en cours pour comprendre le diabète et apporter de nouvelles solutions aux patients. Certains affichent déjà des résultats encourageants, à l’instar des projets suivants :

Le projet EXALT vise à considérer la possibilité d’une immunothérapie pour modifier la réactions auto-immune contre les cellules du pancréas. Les résultats sont en cours d’analyse mais les chercheurs ont déjà noté un effet sur la réaction auto-immune du diabète.

Le projet de pancréas artificiel est mené en collaboration avec un laboratoire américain. Testé en France sur 120 enfants, le programme de recherche montre des effets plutôt positifs avec un taux de glycémie normal maintenu plus de 70% du temps sur 24h. Il ne s’agit pas d’une greffe mais d’un capteur muni d’une pompe intelligente.

Quid de la greffe ?

Parmi les sujets les plus porteurs d’espoir, les alternatives à l’insulinothérapie concentre l’attention de nombreuses équipes de recherche. Dans cette perspective, l’allogreffe d’îlots producteurs d’insuline constitue une piste de thérapie particulièrement intéressante.

Dans le cas du diabète de Type 1, les îlots producteurs d’insuline au sein de pancréas sont détruits par l’organisme, en assurant leur remplacement, on rétablit une production régulée d’insuline et le contrôle glycémique est ainsi normalisé.

La greffe d’îlots est aujourd’hui proposée à des patients qui ont du mal à réguler leur taux de glycémie et aux patients déjà greffés d’un rein. S’agissant d’une greffe, elle implique un suivi important et la prise d’immunosuppresseurs, ce n’est donc pas, à ce jour, la garantie pour le patient d’une vie sans traitement. Néanmoins, la majorité des patients greffés montrent une amélioration de leurs conditions de vie au quotidien, notamment quant à leur stabilité glycémique. 2/3 des greffés au bout de 10 ans affichent toujours une greffe fonctionnelle, ce qui constitue un réel espoir pour l’ensemble des patients à terme.

Compte-tenu des résultats encourageants, les démarches pour un remboursement de la greffe d’ilots ont été engagées auprès de l’Haute Autorité de Santé, la réponse devrait être rendue courant 2020. Mais plusieurs problèmes demeurent parmi lesquels les risques de rejet et un nombre limité de cellules insulino-sécrétrices disponibles. L’avenir réside donc dans les cellules souches qui permettraient de résoudre ces problèmes et les avancées en la matière sont particulièrement importantes.

 

Greffe, pancréas artificiel, les perspectives d’amélioration des conditions de vie des patients atteints de diabètes sont donc nombreuses tant la recherche montre des avancées prometteuses pour des échéances proches.